Dimanche 23 Avril 2006

 Les Gorges de Véroncle (84)

 Animatrice (stagiaire) : Marie-José OLAGNERO

 

Dénivelée = 410 m       Distance = 16 km

 

 

 

 

 

 Nous montons la rue principale de Joucas nommée "rue Grande".

 A notre droite, s'élève une rue caladée qui nous conduit vers le haut du village.

 

 

 

 Nous dominons la vallée et apercevons au loin, les montagnes du Lubéron.

 Le groupe s'engage sur un sentier bordé de chênes verts et kermés.

 

 

 

 En traversant les pins d'Alep, Marie-José conduit son équipe d'un pas soutenu.

 A notre gauche nous distinguons parfaitement le village de Gordes.

 

 

 

 En nous engageant dans les gorges de Véroncle, notre regard est attiré par deux yeux taillés dans la falaise et qui semblent nous surveiller.

 Nous atteignons le Moulin de Cabrier. La meule en pierre est encore reliée à son axe vertical en bois qui descend dans un sas où tournait la turbine.

 

 

 

 Tantôt en rive droite, tantôt en rive gauche nous franchissons les obstacles. Ici nous devons grimper à une échelle métallique.

 Les eaux ont taillé dans le calcaire des saignées aux courbes harmonieuses.

 

 

 

 Sur l'étroit sentier en bord de falaise, la formation en "file indienne" s' impose.

 Sur un passage vertical , Alain assure la sécurité.

 

 

 

 En bas des gorges nous passons à côté de marmites dont le fond est verdi par l'eau stagnante.

 Sans cesse nous grimpons, puis nous redescendons sur la roche calcaire.

 

 

 

 Marie-José suivie par son "co-pilote"et toute l'équipe.

 Nous marchons entre deux parois verticales.

 

 

 

 Dans le rocher, cette caverne a probablement abrité des humains.

 Antoine fait du stop, mais personne ne s'arrête.

 

 

 

 Un passage sportif bien négocié par Stéphen.

 Le fond des gorges s'élargit et le groupe poursuit son chemin sur le lit du torrent.

 

 

 

 Il est difficile d'imaginer que les eaux aient pu laisser de telles empreintes .

 C'est devant un tel spectacle que nous nous sommes posés pour déguster un casse-croûte bien mérité.

 

 

 

 Au loin notre oeil est attiré par une trouée bleue  au dessus de laquelle une énorme fissure verticale sépare les roches.

 Chacun est tenté de soulever cet énorme bloc rocheux en appui sur une petite boule de calcaire mais force reste à la nature.

 

 

 

 Nous arrivons au moulin de Jean de Mare.

 Nous passons devant l'entrée où nous admirons la facture du linteau et de l'encadrement.

 

 

 

 Après s'être élevés sur le versant rive droite,on peut admirer la falaise rocheuse qui se dresse majestueusement.

 Plus haut, le sentier domine un vaste méandre taillé dans la roche calcaire.

 

 

 

 Depuis le plateau nous pouvons apercevoir Murs

 Nous descendons en direction du moulin de la Charlette

 

 

 

 Sur la route qui conduit à Murs, nous rencontrons un chêne multicentenaire

 Il a bien fallu se mettre à dix pour en faire le tour.

 

 

 

 Derrière cette végétation luxuriante, se cache le château de Murs.

 Poursuivant notre route, nous jetons un dernier clin d'oeil en direction du village de Murs.

 

 

 

 Après avoir traversé une pinède, nous nous engageons sur un bon chemin qui mène à Joucas.

 Nous retrouvons nos véhicules, garés sur le parking en contre-bas du village.

 

 

 

Pour consulter le parcours de 12,7 km cliquez sur ce bouton.....................

Cliquez sur ce bouton pour visionner et télécharger le tracé de 16 km

 

ICI la trace sur Openrunner  

 

Retour au menu

 Page précédente

Rando suivante